Ben

Salut ! Peux-tu te présenter ?

Salut ! Je suis Ben, illustrateur, dessinateur de presse et un peu graphiste.

Quelle formation, quel parcours t’ont mené ici ?

J’ai fait un CFC de graphiste aux Arts Déco de Genève il y a un siècle. En sortant, j’avais une énorme envie de dessiner. Je me suis un peu éloigné du graphisme et j’ai dessiné ! J’ai enchaîné les petits boulots, travaillé pour des journaux comme illustrateur d’articles. J’ai passé 10 ans au Matin comme dessinateur de presse. C’est comme cela que j’ai appris ce métier.

Comment trouves-tu l’inspiration ?

Pour le dessin de presse, il faut beaucoup lire les news. Puis se taper la tête contre un mur jusqu’à ce que l’idée vienne. L’illustration d’un texte ou d’un concept c’est plus simple, ça vient après quelques croquis. Dans mon travail plus personnel je fonctionne un peu comme les surréalistes. C’est une sorte de dessin automatique.

Quelles sont tes influences et sources d’inspiration ? ou qui sont tes mentors ?

La BD underground d’abord ! Puis des classiques comme Chaland. Mon cœur balance toujours entre ligne claire et underground. Le courant Lowbrow dernièrement m’a bien fait triper.

As-tu un processus de travail ?

Pas vraiment. Techniquement j’aime le pinceau ou le brushpen et un beau papier. Dernièrement je me suis remis à la couleur directe à l’écoline. Pour le dessin de presse, je dessine sur une palette graphique.

As-tu d’autres passions/talents/passe-temps ?

J’ai deux fils qui font l’un du sax et l’autre de la trompette, j’essaie péniblement de les accompagner à la trompette, mais ils me surpassent de loin ! À part ça, je ne lâche pas mon vélo !

Quelle importance portes-tu à l’environnement ?

Je dirais : « Make environnement great again ! »

Et ton rapport à la politique ?

C’est juste pour rigoler !

Comment vois-tu ton futur ?

Je ne sais pas... Avec le dessin de presse c’est devenu très dur. Je m’oriente fortement vers une démarche plus artistique et personnelle.

Et notre avenir ?

Plein de « si »... Tout dépend de notre aptitude à faire les changements qu’il faut.

 

 

On sait que c’est dur de vivre de son talent. As-tu une astuce ou un conseil ?

Être tenace !

C’est un peu une obligation d’être présent sur le net (réseaux sociaux, site, etc.); comment le vis-tu ?

Ce travail et souvent solitaire. Ça fait du bien parfois de partager des images ou des techniques avec d’autres artistes. Mais de temps en temps j’ai besoin de couper la connexion !

Comment te sens-tu face à la multitude d’artistes, plus ou moins talentueux, présents sur ces plateformes ?

Faut pas oublier que c’est à l’échelle mondiale. Ça relativise un peu la multitude. De mon point de vue, plus il y a d’artistes, meilleur est le monde.

Un coup de cœur à partager ?

« Mon ami Dahmer » de Derf Backderf.

Une question que toi tu as toujours voulu poser*:

C’est quand qu’on arrête les conneries ?!

*Donnez votre réponse dans les commentaires !

Où est-ce qu’on peut te trouver ?

Sur les chemins de la campagne genevoise à vélo, ou chezDr. Paper et Mr. Tee pour une sérico et un café.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *