Édito d’hiver 2019

À ma grande surprise, la question que l’on m’a le plus posée lors de la sortie du 1er 1ERFLIRT a été : « Pourquoi avoir fait ce minimag ? ».  Et bien voilà... j’ai juste voulu produire ce minimag – publication sans prétention, qui ne cherche pas à être comme… ou à prendre la place de… ou à concurrencer quiconque… – pour voir, nourrir ma faim de visuel hors écrans, même si, je vous l’accorde, le son est moins bon. Pour pouvoir toucher, lire, regarder, partager. Une, deux ou trois fois selon mon envie. Pour pouvoir le sortir autant de fois que je le veux et/ou le donner à un ami, une connaissance.

Mais aussi parce qu’il y a énormément de gens plus ou moins proches de moi qui se battent pour créer et vivre de leurs talents, de leur travail, de leurs rêves. Sans avoir la prétention de croire que 1ERFLIRT leur offrira la reconnaissance à laquelle ils aspirent (et oui ça fait du bien aussi), je garde néanmoins l’espoir que sa diffusion débouche sur une prise de contact, une coprod, une vente, un contrat, un flirt…

C’est pourquoi 1ERFLIRT essayera d’organiser un « event » à chaque parution profitant de la sortie du nouveau numéro pour présenter le travail d’un ou plusieurs artistes interviewés ou non dans l’un de ses numéros.

Oui, 1ERFLIRT voudrait bien encourager à flirter, n’hésitez donc pas à le diffuser, le « liker » et à prendre contact avec nos interviewés, producteurs, shop, qui, j’en suis sûr, vous accueilleront les bras grands ouverts.

Luc Portianucha


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *