Le dernier édito ?

Il y a un an et demi, nous lancions 1ERFLIRT. On était en septembre, il faisait beau et beaucoup de monde était venu découvrir ce nouveau mini-mag. On a alors remis ça pour l’hiver avec un nouveau numéro et un beau vernissage. On y a cru très fort, mais au fil des parutions, il est devenu très ardu de trouver des annonceurs, voire même des interviews, les réponses à nos appels n’ayant pas toujours été nombreuses. Puis, la pandémie nous privant d’organiser les soirées de lancement et de récolter les fonds nécessaires, au moins pour l’impression, il est devenu difficile de faire vivre le mag malgré notre motivation.

Alors voilà ce numéro est sûrement le dernier, mais nous ne regrettons aucun des moments que cette aventure nous a permis de vivre. Pour ma part, je ne connaissais pas vraiment la scène skateboard et j’ai trouvé ce milieu riche, plein de personnes incroyables. J’ai aussi découvert tous les artisans de talent grâce aux pages boutique et savouré chaque interview, que ce soit ma première rencontre avec les musiciens et artistes ou non. Et il y a tout ceux qui nous ont soutenus; les annonceurs, les distributeurs, les artistes, skateurs et musiciens interviewés, les salles, bistrots et assoc qui nous ont accueillis, celles et ceux qui sont venus aux vernissages, qui les ont animés et bien sûr, celles et ceux qui nous ont lus, on vous aime !

Merci à Luc, pour m’avoir entraînée dans cette aventure et à Anne de nous avoir accompagnés. Et qui sait ? il y aura toujours des premiers flirts...

MonaLisaOD

Voici ce numéro qui devait sortir en automne 2020. On sait tous pourquoi il a autant de retard. Et je me dis que c’est vraiment rien de grave comparé aux problèmes que les acteurs du monde culturel, restaurateurs, fournisseurs.... ont à affronter. C’est sûr que cela ne nous facilite pas à trouver des annonceurs qui pourraient nous soutenir. En plus, l’impossibilité de faire des vernissages de «soutien» pour se libérer de la contrainte des annonces n’arrange rien.

Pourtant le magazine n’a besoin, par parution, de pas plus de CHF 600.- (impression + petits frais) pour pouvoir finir dans vos mains. Et même ainsi, les prix des annonces étant proportionnels aux besoins, cela reste galère à trouver. C’est pourquoi, entre autre, que le 1ERFLIRT va comme le phœnix mourir pour, qui sait, renaître occasionnellement

Et malgré la difficulté d’avoir des fois une réponse, les documents (texte et images), etc, j’ai déjà l’envie de vous présenter pleins d’autres artistes, skateurs, musiciens, illustrateurs voir même photographes. Tant il y de fabuleux travaux à découvrir. J’espère néanmoins que ces cinq numéros vous donneront l’envie de les soutenir en prenant contact avec eux pour, par exemple, une nouvelle déco dans votre «home office»... bon ok. je sors !

Luc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.